La Suisse, foyer des Conventions de Genève, est à l’origine du droit international humanitaire. Notre pays s’est engagé dans l’action humanitaire dès 1863, avec la création du Comité international de la Croix-Rouge par des citoyens suisses à Genève. La Suisse est le principal pays donateur du CICR en termes de contributions annuelles non affectées et elle travaille en étroite collaboration avec de nombreuses autres organisations humanitaires. Cette tradition de solidarité internationale se traduit par une aide impartiale en cas de crises, de conflits armés ou de catastrophes, en se concentrant sur les besoins des populations et leur droit de vivre dans la sécurité et la dignité.

Le droit international est l’un des principaux garants de la paix. Si plus de la moitié des membres de l’ONU sont des petits États qui comptent moins de 10 millions d’habitants – à l’instar de la Suisse – un ordre international fiable fondé sur des règles est essentiel pour les États de toutes tailles. Il constitue la pierre angulaire d’un multilatéralisme efficace. Les petits États jouent, à cet égard, un rôle essentiel sur la scène mondiale. Améliorer l’application et le respect du droit international est donc une grande priorité de notre politique extérieure.

Humanity-17-w2000

Nous plaçons l’être humain au centre. Le respect des droits de l’homme, y compris des libertés civiles, permet de prévenir les conflits et favorise le développement pacifique et durable des sociétés. La Suisse est fière de soutenir les efforts importants du Haut-Commissariat aux droits de l’homme et du Conseil des droits de l’homme à Genève. La protection des civils nous tient à cœur et nous mettons à profit notre longue expérience dans le rôle de co-présidente du « groupe d’amis » de la protection des civils à New York et du groupe pour les droits de l’homme et la prévention des conflits, basé à New York et à Genève.

La diversité fait la force. Depuis la fondation de la Suisse moderne en 1848, le peuple suisse maintient une culture de la diversité. Quatre langues nationales – l’allemand, le français, l’italien et le romanche – sont parlées dans le pays. Près d’un quart de la population est originaire d’un autre pays et un tiers est né à l’étranger. Ainsi, de nombreuses cultures et religions coexistent en Suisse et la tolérance fait partie de notre quotidien.

« Un plus pour l'humanité » par le cyber-illusionniste Marco Tempest

Média
29.10.2020

La Suisse, un plus pour…