Berne, 31.08.2022 - Lors de sa séance du 31 août 2022, le Conseil fédéral a été informé du résultat des consultations des Commissions de politique extérieure sur les priorités thématiques pour le siège de la Suisse au Conseil de sécurité de l'ONU. Ces priorités sont donc définitivement adoptées. Au Conseil de sécurité, la Suisse entend s’engager en particulier pour une paix durable, pour la protection de la population civile, pour plus d’efficience et pour la sécurité climatique.

Lors de sa séance du 25 mai, le Conseil fédéral a fixé les priorités de la Suisse au Conseil de sécurité de l’ONU, puis les a présentées aux Commissions de politique extérieure (CPE) du Conseil national et du Conseil des États. Les CPE ont accueilli favorablement les propositions qui leur ont été soumises tout en émettant le souhait que l’accent soit mis sur certains points spécifiques, notamment en ce qui concerne la sécurité alimentaire, les droits de l’homme et l’état de droit. Les quatre priorités tiennent compte du lien étroit unissant les droits de l’homme à la paix et la sécurité.

À l’issue des consultations, les priorités du mandat que la Suisse exercera au sein du Conseil de sécurité en 2023 et en 2024 ont été définitivement adoptées. Elles sont formulées comme suit:

1. Construire une paix durable
La promotion de la paix et la prévention des conflits sont des priorités de la politique extérieure suisse. Au niveau international, la Suisse est appréciée en tant que médiatrice crédible et neutre. Au sein du Conseil de sécurité de l’ONU, elle s’engagera pour que cet organe joue pleinement son rôle de prévention des conflits. La Suisse souhaite en outre mettre un accent particulier sur le respect des droits de l’homme, la protection des minorités et la participation égale des femmes dans la prévention des crises et dans les processus de paix.

2. Protéger la population civile
Conformément à sa tradition humanitaire, la Suisse entend œuvrer au sein du Conseil de sécurité en faveur d’un meilleur respect et d’un renforcement du droit international humanitaire dans les conflits. À cet égard, une attention accrue sera accordée à la sécurité alimentaire, aux droits de l’homme et aux droits des minorités ainsi qu’à la protection des réfugiés dans les zones de conflit.

3. Renforcer l’efficience
Il est dans l’intérêt de la communauté internationale et de la Suisse que le Conseil de sécurité de l’ONU ait la capacité d’agir, soit efficient et bénéficie d’une assise solide. C’est pourquoi la Suisse œuvre depuis près de 15 ans pour renforcer la transparence, la responsabilité et la participation aux travaux du Conseil de sécurité des pays qui n’en sont pas membres. Par ailleurs, la Suisse se mobilisera également en faveur de la consolidation institutionnelle de l’Ombudsman pour le régime des sanctions de l’ONU. De meilleures garanties procédurales permettent d’accroître l’efficacité des sanctions imposées par le Conseil de sécurité et, par conséquent, leur crédibilité.

4. Agir pour la sécurité climatique
Il existe un lien étroit entre le changement climatique et la sécurité. Les effets du changement climatique ont aussi un impact sur notre propre sécurité. La Suisse se propose de ce fait de donner une plus large place à cette question dans l’agenda du Conseil de sécurité et d’apporter son expertise dans le cadre des discussions menées dans cette enceinte.

Les préparatifs sont en cours en vue du mandat au Conseil de sécurité commençant en janvier 2023
À partir d’octobre 2022, la Suisse aura le statut d’observateur au Conseil de sécurité de l’ONU et pourra prendre part à toutes les réunions, bien que sans droit de vote. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) fera usage de cette possibilité pour examiner et ajuster les processus internes de coordination et de décision afin que la Suisse soit parfaitement préparée à exercer son mandat à partir du 1er janvier 2023.

Actualité précédente

Actualité suivante